écrire c'est LIRE

Écrire, c’est LIRE

Si vous n’avez pas le temps de lire, vous n’aurez pas celui d’écrire.
Stephen King

Si l’écriture est avant tout un travail qui s’apprend par la pratique, il n’en reste pas moins que la lecture est incontournable dans son cheminement d’auteur, à tous les niveaux.

Le fertilisant qu’apporte la lecture à l’auteur se trouve autant dans la découverte même des livres que dans le partage et l’échange avec d’autres lecteurs. Il est question d’émotions et de sensibilités, ce que sont les ingrédients clés de l’écriture.  

Bien entendu, le temps disponible qu’un auteur peut consacrer à son activité étant très variable, il lui faudra trouver un juste équilibre. Si l’exercice d’écriture ne concède pas un temps raisonnable à celui de la lecture, la plus variée possible, le travail de l’auteur s’en ressentira de façon préjudiciable. Vivre dans un monde de livre c’est être à l’écoute de ce qu’il est, des influences qu’il porte et de l’écho qu’il renvoie. Comment prétendre écrire des livres sans leur consacrer du temps pour les découvrir ?

Toutefois, l’auteur peut aussi tomber dans l’excès inverse, et pas nécessairement pour les meilleures raisons. Gagné par la fièvre de la lecture, il repousse discrètement, sans cesse au lendemain, son travail du jour, écrire. Une fois encore, l’équilibre est le meilleur des garde-fous. D’où l’instauration de rituels d’écriture, raisonnables, pour prévenir le risque de dérive. Un peu chaque jour pour entretenir la régularité, installer une habitude, un automatisme tout en se sentant libre.

De même, lire des œuvres réputées, des textes très aboutis, peut paralyser certains auteurs, doutant de leur capacité et /ou de leur légitimité. Le livre publié est toujours le fruit d’un travail important, et visé par plusieurs professionnels. Mais le premier jet reste celui d’un auteur qui s’accorde la liberté d’être imparfait. Le reste viendra en son temps… la réécriture.

La lecture, aussi importante soit-elle pour l’écriture, n’est pas non plus une science de l’ingénieur qui va tout démonter, analyser et imaginer reproduire un schéma similaire à celui d’un Best-Seller… ce serait presque trop simple et si cela était réellement possible, tout serait déjà industrialisé depuis des années… façon pack de Yogourts. Heureusement que cette recette n’est pas encore de ce monde, cela permet au livre de conserver sa part de magie, mystérieuse. Nous verrons bien assez tôt les progrès/dégâts de l’intelligence artificielle dans ce domaine.

L’auteur qui cherche sa voix, et sa voie, aura de meilleures chances d’y parvenir non pas en se lançant dans une quête de perfection qu’il imagine à travers les succès d’autres auteurs, mais en se rappelant qui il est à travers les lectures qui marquent son existence et le bouleversent émotionnellement. C’est dans cette bibliothèque d’émotions personnelles que l’auteur peut bâtir son palais, celui d’une écriture bien à lui qui offrira ce qu’il est aux lecteurs, à travers ses propres créations et fictions.

Être juste et vrai dans ce qu’on partage de ses lectures, c’est accepter qui on est en tant qu’auteur, c’est aussi accepter de changer au fil des années et des lectures.

Pour les plus gourmands de lecture et d’écriture, n’hésitez pas à suivre le fil des articles, guides, et masterclass que je propose.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 réflexions au sujet de « Écrire, c’est LIRE »

Laisser un commentaire